En direct du terrain avec Viviane B., Animatrice

En direct du terrain avec Viviane B., Animatrice

Après les Forces de vente et le Merchandising, nos animations ont repris ce week-end avec une opération d’échantillonnage en magasin. Témoignage « En direct du terrain » avec Viviane B., animatrice Strada depuis plusieurs années.

Un peu d’appréhension mais beaucoup d’envie

J’arrive ce vendredi matin sur le parking déjà à moitié plein de l’hypermarché pour ma mission d'animation commerciale. Pour être franche, j’ai un peu d’appréhension. Pourtant, je le connais très bien ce magasin d’Île-de-France, je l’animais souvent. Avant tout ça. Quand il n’était pas « classé » en zone rouge.

Alors aujourd’hui j’ai l’impression de le redécouvrir. Peut-être à cause de tous ces clients qui portent des masques et gravitent autour de moi. 

Donc oui, quelques appréhensions mais aussi tellement d’envies. Le souhait de retrouver la vie comme avant : les gens, les échanges, travailler, exister tout simplement.

Et puis ne nous le cachons pas, les deux mois ont été difficiles, matériellement aussi j’en ai besoin.

Un équipement rassurant pour moi et pour le personnel du magasin

Mes craintes sont bientôt levées, tout de suite après la porte d’entrée, posés sur une table, à la disposition de tous, des flacons de gel hydroalcoolique, des lingettes, de quoi s’essuyer les mains. Ils sont super équipés. 

Un premier lavage de mains plus tard, je me présente au PC Sécurité. Ils me reconnaissent, ça fait plaisir. On me tend mon badge sans autre modalité.

Dans l’allée centrale, quatre box pleins à craquer m’attendent. L’emplacement est tout trouvé.

Je monte mon stand, j’enfile mon tablier. D’ordinaire j’aurais été prête à débuter mais aujourd’hui il me faut encore m’équiper. Nouveau lavage de mains, j’enfile mon masque puis mes gants. Strada m’a adressé un kit complet, j’ai même eu le choix entre un masque et une visière de protection. En accord avec le magasin, je choisis le masque. Ça y est, je suis prête à entrer dans mon rôle. Justement voilà la chef de rayon qui m’accueille : « Ah bonjour Viviane, ça fait plaisir de vous revoir. Vous êtes la seule animatrice aujourd’hui. Je vois que vous êtes bien protégée, c’est parfait ! Bonne journée. ». On est en phase, moi aussi je contente de la revoir. La journée peut commencer.

La confiance et le dialogue sont spontanés

Ils sont déjà là, les habitués déconfinés, principalement seniors en ce début de journée. Spontanément je vais pour les aborder. Aucun recul, aucune crainte, au contraire le dialogue s’installe assez facilement. Les clients défilent, maintenant ce sont plutôt des familles entières. La journée me semble presque normale, il y a du monde.

Je me serais attendue à voir des charriots dévier à la vue de mon stand. Je m’étais même préparée à être parfois ignorée. Mais rien de tout cela, les clients viennent assez spontanément.

Certains hésitent un peu. Dans ce cas j’entame le dialogue et la barrière est vite franchie. On arrive à parler, même avec le masque.

Le virus est pourtant dans tous les discours, on sent bien que les gens ont besoin d’en parler ; des banalités, des histoires personnelles aussi. C’est parfois difficile de les ramener sur mon sujet : mes barres de céréales.

On se sourit avec les yeux

Dans ce magasin tous les clients portent des masques, mais c’est devenu la norme. L’extra-terrestre finalement, c’est celui qui n’en porte pas. On communique différemment. Les échanges se font à distance et on se sourit avec les yeux. Et puis je suis obligée de bien expliquer que les barres de céréales que je leur tends, je suis la seule à les avoir touchées et que je porte des gants. C’est visiblement annexe pour certains, pour d’autres c’est important.

Bilan : un échantillonnage apprécié

L’animation se passe bien. Les clients sont ravis de recevoir un échantillon. 

Quand la journée s’achève, vient l’heure du bilan. Toutes mes barres ont été distribuées et seuls deux clients me les ont refusés. La vente a été un peu moins facile en revanche. Parce que pour certains le prix était un frein à l’achat. C’est pour moi un retour « normal » qui n’a rien à voir avec la situation. Je l’entendais avant et c’est rassurant. Et dans les box, je vois « des trous » qui témoignent des achats effectués. 

Pour une journée de reprise, je suis satisfaite. Finalement ça s’est bien passé, presque normalement même. Il faut juste être motivée et puis un peu plus que d’habitude, savoir écouter.

Vous souhaitez en savoir plus sur l'agence Strada et nos projets ?

Nous contacter